Langage et maths en musique – Méthode École chantée – GS-CP-CE1 (+ CD Rom) – Alice DORMOY

Des activités qui conviennent aux néophytes, pour enseigner autrement et efficacement le langage et les maths de la GS au CE1.

Les recherches scientifiques récentes révèlent que faire de la musique peut aider à prévenir certaines difficultés d’apprentissage, notamment sur le plan langagier. Par ailleurs la pratique musicale régulière aurait un effet positif sur le développement de fonctions cognitives et l’amélioration de certains déficits auprès d’enfants ” dys “. D’où l’intérêt de cet ouvrage qui tient compte des principes de la remédiation cognitivo-musicale des troubles d’apprentissage et suggère des activités interactives pour ” apprendre autrement “.

Pour les enfants, faire de la musique favorise les apprentissages

Le jeune musicien brille dans toutes les sphères cognitives qui dépendent de l’attention, comme les tests d’intelligence, la mémoire et les acquisitions scolaires. Explications de la chercheuse Isabelle Peretz

Le cortex moteur aide à mieux entendre

Le cortex moteur et le cortex auditif travaillent de concert pour entendre un son ou une parole en environnement bruyant. L’équipe Inserm qui vient de le prouver montre que le premier identifie le rythme du son et aide le second à mieux l’entendre.

Le cortex moteur aide le système auditif à mieux entendre. C’est ce qu’a constaté une équipe Inserm en étudiant l’impact des rythmes sur la perception auditive.

Les capacités visuelles et cognitives du pianiste

Jouer d’un instrument avec un clavier est avant tout un phénomène moteur.
Il convient donc au début de cette étude physiologique de rappeler les bases neurologiques des mouvements de préhension. Il ne s’agit pas, ici, de mouvements ayant pour but la « prise » d’un objet, mais de la recherche de « contacts » avec les différentes touches du clavier.
En second lieu, observer un pianiste pendant son interprétation d’une partition ne manque pas de susciter un questionnement multiple.

La formation musicale crée de nouveaux liens cérébraux chez les enfants

Prendre des leçons de musique augmente les connexions fibreuses cérébrales chez les enfants et peut être utile dans le traitement de l’autisme et du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), selon une étude présentée au congrès annuel de la Radiological Society of North America (RSNA).

« On sait que l’enseignement musical est bénéfique pour les enfants souffrant de ces troubles », a déclaré le Dr Pilar Dies-Suarez, radiologue en chef à l’Hospital Infantil de México Federico Gómez à Mexico, mais cette étude nous a permis de mieux comprendre comment le cerveau change et où ces nouvelles connexions se produisent ».
Pour démontrer cette hypothèse, l’équipe de chercheurs a étudié le fonctionnement cérébral de 23 enfants âgés de 5 à 6 ans. Les enfants en question étaient droitiers et n’avaient aucuns antécédents de troubles sensoriels, perceptifs ou neurologiques. Ces enfants n’avaient suivi aucune discipline artistique dans le passé.

Remediation cognitivo-musicale

Un projet innovant pour la prise en charge des enfants dys

Il s’agit d’une présentation de la méthode telle que nous l’utilisons en rééducation de la dyslexie, mise à jour récemment pour un chapitre de livre. Cette présentation est précédée d’un nécessaire exposé des justifications scientifiques sur lesquelles elle a été fondée et suivie d’un résumé des preuves expérimentales de son efficacité.

Neuroscience de la dyslexie et des troubles d’apprentissage

Un entraînement intensif de 18 heures, qu’il soit groupé sur 3 jours ou étalé sur 5-6 semaines, améliore de façon significative des variables linguistiques non entraînées. Par comparaison à une période sans entraînement, un effet significatif de l’entraînement est retrouvé sur diverses mesures directement impliquées dans les apprentissages scolaires (phonologie, lecture, attention auditive, mémoirede travail)

La Musique Favorise le Développement Cérébral de l’Enfant

Des recherches démontrent que lorsqu’un enfant écoute de la musique classique l’hémisphère droit de son cerveau est activé – et que lorsque l’enfant étudie un instrument de musique, les hémisphères droit et gauche s’activent tous les deux.

Bases neurologiques du jeu des mains du pianiste

Jouer d’un instrument avec un clavier est avant tout un phénomène moteur.
Il convient donc au début de cette étude physiologique de rappeler les bases neurologiques des mouvements de préhension. Il ne s’agit pas, ici, de mouvements ayant pour but la « prise » d’un objet, mais de la recherche de « contacts » avec les différentes touches du clavier.
En second lieu, observer un pianiste pendant son interprétation d’une partition ne manque pas de susciter un questionnement multiple.

Le privé s’ouvre aux nouvelles approches de l’éducation (La Provence)

Le privé s’ouvre aux nouvelles approches de l’éducation